Commercialisation de l’arachide : le SRE porté par les acteurs agricoles du bassin arachidier

Commercialisation de l’arachide : le SRE porté par les acteurs agricoles du bassin arachidier

En charge de l’opérationnalisation du Système de Récépissé d’Entrepôt (SRE), l’Organe de Régulation du Système de Récépissé d’Entrepôt de marchandises au Sénégal vient d’effectuer une mission qui a enregistré un franc succès dans le centre du pays.
En atteste la forte adhésion des acteurs agricoles des localités de Diourbel, Koungheul et Gandiaye qui ont exprimé leur satisfaicit face à ce dispositif innovant de financement qui limite les pertes post-récoltes. C’est de la manière qu’il permet aux producteurs d’accroître considérablement leur revenu grâce aux multiples avantages tirés de la rentabilité du Récépissé d’Entrepot (RE).
Son Directeur Général , Driss Junior Diallo, s’est montré très satisfait de l’encadrement et de l’accompagnement des autorités administratives qui ont salué l’initiative et la démarche de l’ORSRE en matière de politique de relance de l’agriculture. Une opportunité pour lui d’expliquer le mode opératoire du mécanisme SRE à travers lequel l’Etat du Sénégal pourra arriver à coup sûr à relever le niveau de vie des agriculteurs tout en permettant la bancarisation des acteurs que sont le producteur, l’opérateur et le transformateur. C’est ainsi, qu’il a été enregistré dans les différentes étapes du lancement du financement par Récépissé d’Entrepot, la présence des banques partenaires de l’ORSRE comme LBA, la BOA, PAMECAS et ORABANK. Ces institutions financières ont incité les acteurs à aller vers les entrepôts pour y déposer leurs stocks de productions d’arachide aux fins de se voir délivrer un Récépissé d’Entrepot.
A en croire Mayacine Camara, maire de Koungheul et Secrétaire d’Etat au réseau ferroviaire, 90% de la population du département s’active dans l’agriculture. D’où son plaidoyer pour une promotion appuyée du SRE pour améliorer leurs conditions de vie et accroître leur productivité.
A Gandiaye également, le SRE est parti pour prospérer car le besoin est réel chez les producteurs qui éprouvent des difficultés liées à l’accès aux services des institutions financières. Désormais, avec le SRE dans le bassin arachidier, les installations financières seront beaucoup enclines à accompagner les acteurs économiques. Mieux, le patron de l’organe ambitionne avec le SRE à aller vers la création d’une bourse de marchandises.

Aly Saleh Journaliste/Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.