Covid-19: 4éme vague, Riposte à la déferlante Omicron, une 3ème dose et la vaccination des enfants pour une immunité collective (Par Aly Saleh)

Covid-19: 4éme vague, Riposte à la déferlante Omicron, une 3ème dose et la vaccination des enfants pour une immunité collective (Par Aly Saleh)

Face à la quatrième vague de l’épidémie de Covid-19, alors que le variant Omicron, réputé contagieux, se répand au Sénégal, les scientifiques n’écartent pas l’ouverture d’une 3 éme dose de vaccin supplémentaire et réfléchissent à la vaccination des enfants pour une immunité collective.
Ce qu’il faut savoir, c’est que la vaccination reste quoi qu’il arrive l’arme fatale contre la pandémie de Covid-19.
On dit même qu’une 3ème dose s’impose vu la vitesse de la courbe ascendante des infections.
Le constat est que le virus change mais la stratégie pas encore.
Pour l’heure, les autorités sanitaires ne recommandent pas de nouvelles mesures de restriction. Alors que théoriquement plus de 80% de la population sénégalaise a été en contact avec le virus. Et donc un confinement ne servirait pas à grand chose.

Ce que l’on peut affirmer c’est que chez les enfants, il y a une insuffisance de données car on ne peut pas savoir exactement où nous en sommes. Et le vaccin le plus utilisé dans le monde est celui de Pfizer dont le Sénégal dispose en faibles quantités. Si l’on veut vacciner tous les enfants, il faudrait penser à cela.

Aujourd’hui confirmé par les autorités, la 4e vague est installée au Sénégal, avec deux pics annuels: au mois de juillet et au mois de janvier.
L’espoir, c’est d’aller vers une immunité mondiale pour que
cette quatrième vague puisse être la dernière.
Si plusieurs motifs d’espoir existent, il ya toujours des choses que l’on ignore.
A l’aube de l’année 2022, le virus continue de trotter, porté par le nouveau variant Omicron, particulièrement contagieux et désormais majoritaire un peu partout.

Néanmoins, Omicron semble provoquer moins de formes graves que le Delta, à l’origine de cette quatrième vague qui touche particulièrement la capitale sénégalaise. C’est pourquoi, les autorités sanitaires ont adopté un ton optimiste mais continuent de toujours recommander la prudence notamment le port de masque et le respect des mesures barrières.

Plus transmissible, la remarque est qu’Omicron engendre toutefois moins de cas graves, ce qui permettra certainement aux hôpitaux de souffler.

Cette quatrième vague sera peut-être la dernière laissent croire certains scientifiques selon qui, le variant importé d’Afrique du Sud en mi-octobre est tellement contagieux qu’il entraînera une immunité renforcée à travers le monde.
Plus on aura une vaccination massive, plus on aura une immunité collective plus rapidement atteinte…

Aly Saleh Journaliste/Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.